Archive pour Government and communications strategies. City Development

Analyse de la campagne publicitaire pro-santé, développée par le Gouvernement du Québec

Posted in City Development with tags on février 20, 2009 by mmmotta

!Vas-y, fais-le pour toi !

 

 Bilan de la première campagne de promotion de saines habitudes.  « Vas-y, fais-le pour toi » 2003, 2004. L’agence de publicité que le gouvernement a choisie, Blueblacrourouge, a fait une campagne formidable qui a rejoint clairement le public cible. L’agence était un concepteur indépendant qui a été  auteur de la planification, réalisation et développement du concept en donnant du sens au processus.

untitled22

VASY

En effet, la campagne « Vas-y » fut très bien dirigée, organisée et planifiée pour que tous les participants y gagnent. Autant les consommateurs, que le gouvernement et les partenaires se sont bénéficié du programme.  Les citoyens québécois (consommateurs) ont profité de l’animation sociale créée par les événements participatifs amusants et ont, en même temps, acquis des meilleures habitudes de vie. Des études ont prouvé (1) que dans cette campagne, le récepteur est  un acteur actif  prenant part au processus de communication, car la campagne combine l’approche qualitative envers l’univers médiatique. Le message de la campagne « fait- le pour toi » donne un sens à l’exercice physique et aux bonnes habitudes d’alimentation tout en mettant l’emphase sur le plaisir personnel. 

Le gouvernement a profité d’un changement productif dans la société en promouvant des services et produits québécois sains, ce qui stimule l’économie et diminue les dépenses provinciales en matière de santé. À travers la campagne, le gouvernement du Québec a aussi réitéré sa préoccupation d’améliorer la qualité de vie des Québécoises et des Québécois en mettant à leur disposition des environnements qui incitent à l’adoption de saines habitudes de vie. Ceci favorise l’image du gouvernement en démontrant son fort engagement envers la société.

 Quant aux partenaires, ils se sont bénéficié d’une très  grande visibilité, de bons profits économiques et d’une association aux valeurs positives de la marque « Vas-y ». Grâce a un ensemble de partenaires importants, représentatifs aux niveaux régionaux et locaux, qui ont été très actifs dans la mobilisation de la campagne et dans l’élaboration des interventions au sein des communautés, le message communiqué eut un haut taux de pénétration.

Une marque à été créée

Cette campagne à réussi à créer une forte marque, représentée par le personnage central « Vasy ». On peut dire que « Vasy » est une signature distinctive, très unique et originale, avec un slogan (« fait-le pour toi ») qui  permet au  gouvernement du Québec et aux partenaires de promouvoir tout un ensemble de messages liés aux habitudes de vie saine. L’objectif est de « faire en sorte que le plus grand nombre de Québécoises et de Québécois redécouvrent au quotidien le plaisir de bouger et celui de bien manger ». Ces valeurs sont incarnées par le personnage « Vasy », qui réussit très bien à communiquer ce message de façon clair, simple, et facile à comprendre. 

« Vasy » a fait preuve d’une évolution d’accord aux besoins du public. Il a changé pour devenir plus humain sans toutefois perdre son caractère comique .« Vasy » est un vrai logo. Comme tout bon logo, il s’inscrit au sein d’une identité visuelle forte et donne du sens et de la personnalité à la marque. Il est clairement identifiable et peut facilement s’introduire dans toute sorte de média; TV, radio, médias imprimés et médias hors de domicile. Son image fonctionne parfaitement dans le plan de la promotion, les relations publiques, le marketing direct et même dans les communications virtuelles et les médias interactifs. « Vas-y »  es une signature amiable et tranquille, qui inspire confiance et tendresse. Il représente tout un plan de communication et marketing intégré qui peut communiquer et faire comprendre un message simple avec un excellent mix promotionnel.

   Quel devrait être le point focal pour la troisième année du programme?

La campagne  a déjà réussi stimuler et motiver les gens à faire du sport et à vouloir mieux manger. Donc la troisième année de la campagne doit se concentrer à faire un rappel auprès du public pour qu’ils sachent qu’ils ont plusieurs options concrètes et facilement accessibles pour leur permettre de réaliser leurs objectifs.

La campagne a déjà touché l’aspect cognitif du public, en faisant connaître à travers des informations factuelles et pertinentes les besoins en matière de santé de la société québécoise. Elle a aussi touché l’aspect affectif, car le slogan fait appel aux émotions. « Vas-y, fais-le pour toi » es une phrase qui peut facilement inspirer à changer des comportements, car elle met l’emphase sur des motivations personnelles. Toutefois, pour la  troisième année du programme, le point focal doit être « le rappel ».  Il faut rappeler le public du plaisir qu’on retrouve avec les bons aliments savoureux et l’exercice régulier.  Il faut aussi continuer à travailler pour amplifier la participation des partenaires, car ceux-ci aident à promouvoir les valeurs de la campagne et à donner des options concrètes d’activités et options saines.

Les résultats d’une étude ont aussi permis de comprendre que les parents sont une source importante d’implantation de saines habitudes dans les jeunes. Il faut donc que toute campagne de modification des habitudes des jeunes s’attaque aux parents aussi.

 Quel devraient être les actions entreprises?

 

Je crois qu’il faudrait élargir la diffusion à un public plus ample par le biais de chaînes de télévision généralistes et, surtout, qu’il est primordial de continuer à faire des interventions dans les milieux de vie des publics ciblés. Aussi, le programme doit se concentrer  sur deux points qu’à mon avis sont très importants. Le premier est de continuer à analyser le comportement du public cible. Sachant que les coutumes se transforment en habitudes, il faut être continuellement au courant des besoins et tendances de la société pour ainsi savoir ce qu’ils cherchent et ce qu’il faut leur donner pour obtenir leur transformation  complète. 

Le deuxième point est de travailler pour mobiliser plus de partenaires. Comme la manière la plus efficace pour pousser les gens à modifier leurs habitudes de vie est à travers la participation active, toute entreprise qui puisse offrir des expériences de vie concrètes liées aux bien-être serrait bienvenues à devenir des partenaires. Donc toute tipe d’organisme sportif et de loisir (gyms, événements sportifs, magazines sportifs, etc.), ainsi que toute entreprise alimentaire santé (restaurants, distributeurs, magazines de nourriture, etc.) devrait être incitée à devenir des partenaires. Celles-ci devraient chercher de moments propices pour promouvoir des saines habitudes de vie dans des événements opportuns qui mettent en valeur le bien-être, l’alimentation saine et l’exercice. Par exemple, dans  le cadre du Mois de la nutrition, les partenaires pourraient faire  un  événement de Fruits et légumes, dans lequel plusieurs restaurants se joignent pour faire découvrir des plats riches en fruits et légumes, qui sont amusants de préparer, savoureux et santé.

 

 Quels devraient être les partenaires prioritaires?

 

Pour rejoindre les différents environnements sociaux, tels que l’environnement de travail, l’environnement municipal et l’environnement scolaire, les partenaires prioritaires de cette campagne marketing devraient continuer à être les mêmes: le Ministère de la Santé et des Services sociaux,  le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, le Ministère de la Famille, des aînés et de la condition féminine, et le Ministère des Affaires municipales et des régions. 

En plus tous les ministères et les organisations gouvernementales ainsi que toute entreprise qui cherche promouvoir la santé et le bien-être et qui a pour but éduquer une société  pour trouver un bénéfice mutuel a court et long terme, peut aussi participer à la campagne publicitaire. Par exemple, l’Institut national de santé publique du Québec,  le Secrétariat à la jeunesse, l’Office de la protection du consommateur, le ministère de l’Emploi et de la solidarité sociale, le Ministère des Transports, etc. Parallèlement, le gouvernement doit continuer à consacrer des sommes importantes à la santé des  Québécois,  en intensifiant la promotion de saines habitudes de vie et la lutte contre l’obésité, notamment par le programme « Vas-y fais le pour toi ». Ses  investissements doivent  permettre à l’ensemble de la population québécoise d’avoir accès à des lieux sportifs et activités de qualité et facilement accessibles.

Ces partenaires principaux doivent promouvoir un environnement physique, social et économique propice pour permettre aux participants d’expérimenter des interventions positives et dynamiques. Ils doivent sensibiliser la population à la présence de ces établissements comme lieux où on peut trouver le plaisir de bien manger et de faire des sports. En plus, ils doivent convaincre la population que la consommation de fruits et légumes frais et la pratique des sports et activités de loisirs sont accessibles et amusantes.

 

 

 

      1. Jensen, K.B. et Rosenberg, K.E. (1992) Cinq traditions à la recherche du public,

             Revue Hermès, 11-12, 281- 306.

2. www.grms.uqam.ca, Perception de la campagne « Vers un Québec en santé » par des jeunes québécois de 12 à 14 ans Yannick Richer sous la direction de Lise Renaud.

3.     http://www.vasy.gouv.qc.ca

 

 

 

 

 

 

Hello world!

Posted in Non classé with tags on février 20, 2009 by mmmotta

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!